Road-Trip en Islande : la Péninsule de Snaefellsnes (jour 12)

Cette péninsule, à l’extrême Ouest de l’Islande mérite que l’on y consacre une bonne journée pour la découvrir. C’est ce que nous avions prévu de faire, même si les guides sur l’Islande ont un peu oublié cette zone, pressés surement de revenir vers Reykjavik.

Pour en faire, il faut prévoir une boucle d’un peu plus de 200 kilomètres, mais surtout beaucoup de marche car elle mérite de passer du temps hors de la voiture pour découvrir les petits villages de pêcheurs, les chemins de randonnées au bord de la mer mais également monter au glacier Snaeffeljokull qui promet des moments magiques.

Ce glacier, il nous intriguait depuis la veille, alors la première étape du jour c’est de monter le voir de plus prêt. La vue est superbe sur la côte !

2

8

9

Deuxième arrêt, à la grotte de Songhellir. Dès qu’on est à l’intérieur, l’écho est grandiose, c’est pour cela que cette grotte s’appelle la grotte des sons. Les sites qui ont un intérêt en Islande sont identifiés par le petit symbole sur la droite du panneau de signalisation, en y faisant attention on ne les loupe pas !

3

Nous continuons notre route vers le Glacier, plus nous montons plus le soleil nous quitte et les degrés baissent.

4

10

Le brouillard nous poursuit, les degrés baissent sur le thermomètre de la voiture.

11

Nous sommes en plein sur le glacier, la route le traverse pour couper la péninsule, mais elle n’est pas totalement ouverte ce jour, il y a trop de neige.

7

Nous sommes au plus haut ou nous voulons aller, seuls au monde (vive l’Islande !) et prêts à nous promener. Nous ne voyons plus rien d’en bas, le brouillard est bien trop épais.

13

16

Pour aller se promener sur le glacier, il faut être bien équipé … ça caille dans le coin ! Attention aussi, un glacier ce n’est pas toujours stable, il peut y avoir des fissures, la neige peut fondre par endroit. Nous ne nous éloignons pas trop quand même.

14    5

Mais juste assez pour faire de belles batailles de boules de neige en plein mois d’août 🙂

19

18

Il est temps de descendre, la journée n’est pas finie. Le brouillard part enfin, les paysages sont sublimes.

20

21

22

Nous passons ensuite par des champs de lave pour rejoindre la côte, et le port d’Arnastrapi et son imposante statue en pierre, Bardur.

25

23

La Côte est sous le vent, il y a des falaises partout, des oiseaux et des phoques qui nagent tout prêt de nous.

15

26

27

29

Nous nous promenons le long de la côté pour rejoindre le port. Il y a plusieurs chemins de randonnée pour rejoindre les « villages » les uns à la suite des autres, en passant par les champs de lave.

32

Dans le secteur les balades sont bien identifiées, c’est bien la première fois en Islande !

31

Nous nous rendons ensuite sur la plage de Djupalonssandur, une plage de galets et de rochers. A notre arrivée nous y trouvons des pierre de levage qu’utilisaient les marins pour mesurer leurs forces, puis les débris d’un chalutier échoué en 1948 qui sont éparpillés partout sur la plage.

36

38

Le plus magique sur cette plage reste le plus simple … regarder les vagues se casser sur les cailloux et faire un bruit que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Nous avons passé un peu de temps à chercher les plus beaux cailloux à ramener dans nos poches (qui étaient bien pleines !!).

39

34

64

37

40

33

Nous reprenons la route pour continuer notre exploration de la péninsule pour y découvrir une plage de sable blanc, Skardsvik, très dangereuse car c’est là que les courants sont les plus forts. Mais le contraste des couleurs est superbe.

41

35

43

Nous prenons une « route » (vive le 4 x 4 …) qui nous mène aux falaises de Svortuloft, qui abritent d’importantes colonies d’oiseaux puis poursuivons notre chemin direction Ondverdarnes.

44

Ballade en plein vent, et pleine pluie qui n’arrête pas de nous fuir puis de nous retrouver, mais on s’en met plein la vue.

46

47

La pluie a décidé de ne plus nous quitter, nous trouvons une station service proche d’Hellisandur, une pause au chaud nous fait le plus grand bien, tout comme un bol de soupe maison aux légumes et à la viande servir à volonté pour à peine 8 euros. Les stations service en Islande sont top pour manger chaud et pas cher, mais c’est rare d’y trouver des plats maison, c’est plus souvent des fritures (nuggets, frites), hotdogs et burgers.

 48

Nous repartons en longeant la côte nord, bien moins agréable que celle du Sud. Nous faisons une belle sortie de route pour rejoindre Bjarnarhofn et sa célèbre ferme aux requins, ils produisent ici une spécialité islandaise ancestrale, le hakarl, du requin faisandé séché.

En fait le requin est un poisson qui est normalement toxique à la consommation, car il n’a pas de rein et son urée se dissipe dans sa chair. Les Islandais ont imaginé une façon de le consommer : ils enterrent les requins dans le sol pendant plusieurs semaines avant de les faire sécher à l’air libre. Cette visite avait l’air surprenante d’après tout ce que j’avais pu lire dessus.

Ce n’est cependant qu’un bon pige à touriste, sans aucun intérêt surtout quand tu y arrives sous la pluie en même temps que deux bus pleins. A oublier !

49

50

Par contre, un p’tit arrêt à Stykkishólmur est bien plus sympa. Ce petit port est charmant, la vue sur les Fjords de l’Ouest. Il y a ici des Ferrys qui permettent d’y aller.

51

52

Dernière pause sur une plage proche de notre hébergement, à Ytri Tunga, tout proche d’une ferme du même nom (guetter les panneaux le long de la route). L’idée est de partir voir à marée basse la colonie de phoques qui vient régulièrement dans le coin.

56

68

Pas facile de les distinguer en s’approchant de la plage, les jumelles et un peu de temps pour se promener et observer sont indispensables. Quand on regarde bien, ils sont partout ! Perchés sur leurs rochers, sur les algues, dans l’eau. Pas moins d’une trentaine de phoques visibles dans le coin.

53

54

Nous prenons le temps de les observer, nous nous approchons (en gardant toujours nos distances, ce sont des animaux sauvages) mais pensons toujours à leur confort. Si les hommes viennent les embêter, ils ne reviendront pas, ils ont besoin de leur tranquillité.

55

57

58

59

Lui je l’ai adoré. Il nous a laissé nous approcher, nous a observé et quand il a vu qu’on lui voulait aucun mal s’est laissé photographier 🙂 c’était magique d’être à 15 mètres de lui.

66

67

Mais attention, ça glisse sur les algues !!

61

Nous retrouvons notre logement, Kast Guesthouse et prenons le temps d’aller y voir les chevaux. Il y a des balades proposées sur place, nous n’avons pas eu le temps de le faire mais cela doit être génial.

63

71

Nous optons pour la source chaude de Lysuholl, a deux minutes à pied de notre logement pour terminer notre journée. L’eau naturelle est riche en minéraux est puissée dans le sol, les aménagements autour sont basiques, un peu vieillots, le métal un peu pourri mais on s’y fait, c’est l’eau qui est riche en souffre qui fait cet effet.

72

Et les consignes pour se laver me font toujours rire 🙂 l’eau n’est pas traité dans les piscines, c’est pour cela qu’ils sont très à cheval sur l’hygiène.

73

74

Après notre expérience pas très heureuse au restaurant de l’hôtel Budir la veille, nous choisissons de rester à Kast Guesthouse pour le dîner. Le menu est simple, une soupe, deux plats au choix, quelques desserts mais tout est fait maison par une équipe jeune, sympa et dynamique. Et une p’tite bière légère Islandaise !

75 77

Le pain est fait maison, c’est le même qu’au petit déjeuner, il est vraiment parfait. On leur en a même acheté pour nos repas du midi, le meilleur pain d’Islande qu’on ait mangé ! La soupe de carottes à l’orange est parfaite, tout comme nos plats : beignets de poisson maison, purée et épinards frais pour mon chéri, poulet, riz et légumes rôtis pour p’tit bonhomme et moi. Il a même eu droit à une plus petite assiette pour les enfants.

78 79

Les desserts sont top aussi, le tout pour un tarif correct en Islande. C’est notre dernière soirée dans la péninsule, la fin des vacances approche … En attendant voici notre dernière vidéo :

Audreycuisine

9 Commentaires

  1. Avatar
    cleopat mars 20, 2016

    C’est vraiment un plaisir de lire ton road trip !
    Quelle immensité à la fois inhospitalière mais tellement apaisante !
    Et je ne comprends pas pourquoi les restes de ce chalutier sont toujours sur cette la plage de Djupalonssandur! C’est dommage! ou alors je n’en ai pas compris l’intérêt !
    Merci pour le voyage virtuel et combien instructif!

    @ en gros c’est la nature qui l’a voulu et puis faut penser que tout n’est pas accessible toute l’année, que tout est couvert de neige 8 mois sur 12. On est pas sur une plage de sable fin comme on l’entend en France

  2. Avatar
    reinebienheureuse mars 20, 2016

    Fabuleux ! Cela donne vraiment envie d’y aller.

    @ il faut y aller c’est un de nos plus beaux voyages 🙂

  3. Avatar
    Tinou mars 20, 2016

    C’est toujours aussi beau !merci pour le partage.Bonne soirée.

    @ de rien

  4. Avatar
    Sonia mars 20, 2016

    Magnifique, que cela donne envie d’y aller. Par contre, comme cléopat, je ne comprends pas trop l’intérêts des restes de ce bateau sur la plage…

    @ en Islande tout reste brut, ce n’est pas rare de trouver des carcasses de bateaux après un accident en mer, cela fait parti du paysage, tout est sauvage

  5. Avatar
    mes-chaussettes-chouettes.com mars 29, 2016

    mes-chaussettes-chouettes vous remercie de vos recettes mais aussi du partage de ces jolies photos ! Continuez ainsi, c’est super

    @ merci mes chaussettes chouettes 🙂

  6. Avatar
    CHESNEAU Pauline juin 07, 2016

    Nous partons en Islande dans moins de 2 semaines et votre parcours correspond bien au notre, nous puisons des idées et des adresses de ci de là, merci pour ce descriptif très complet. Pour vos vidéos quel matériel avez vous utilisé?
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués sont obligatoires*