Un déjeuner à la Grande Maison, Bordeaux (Pierre Gagnaire)

Il y a quelques mois, j’avais découvert le restaurant La Grande Maison, à Bordeaux et la cuisine de Pierre Gagnaire. J’avais vraiment un souvenir délicieux de ce premier repas et il me tardait d’y revenir. Quelques semaines après, mon chéri avait gagné un Challenge à son travail et plutôt que d’aller au St James que nous connaissions déjà, nous avons pu faire changer le lieux du restaurant pour aller à La Grande Maison.

Nous y sommes allés juste avant les fêtes, et c’était encore mieux que lors de ma première venue. Le lieux est toujours aussi beau, le service toujours aussi parfait ! Nous nous sommes installés dans le grand salon sur la gauche de l’entrée, qui est magnifique.

 

Pour commencer, on nous a proposé une p’tite coupe de Champagne, Philipponnat Royale Réserve non dosé. Il est frais et acidulé, très peu sucré idéal pour l’apéritif ou pour accompagner du poisson ou des fruits de mer. J’ai bien aimé ces notes d’agrumes, je ne connaissais pas les champagnes non dosé, c’est une belle découverte.

 

Pour accompagner ma coupe de Champagne et le cocktail de fruits fait maison de mon chéri, nous avons eu plein de délicieuses petites choses à grignoter : un sablé au Parmesan, des olives farcies et panées, des sacristains aux épices, une petite meringue très fraiche avec du concombre, du navet daïkon acidulé au Campari, des huitres végétales accompagnées de morceaux de harengs et d’une crème citronnée, un crémeux aux lentilles cumin et huile d’Argan et plein d’autres gourmandises, ainsi que le beurre au vin du Château Pape Clément. Je n’ai plus les intitulés exacts en tête mais tout cela était très fin et savoureux.

Pour continuer après cette belle première note, nous avons un plat vraiment fascinent : une gelée iodée, corolle de haddock, légumes racines, avec une huître Dupuch, des couteaux et des amandes. C’est surprenant, léger, plein de saveurs et le granité au lait ribot est surprenant. Dessous se cache également une belle quenelle de caviar Sturia Jasmin.

Pour accompagner mon plat, j’ai fait confiance au sommelier, pour un verre de Mersault. Il s’agit d’un grand vin blanc de Bourgogne, issus du cépage Chardonnay, avec des arômes de fleur blanche, d’agrumes, une grande fraicheur.

Nous avons eu ensuite un plat surprise, en plus de notre menu, et c’était également sublime : une belle langoustine sur un voile de seiche, lentilles vertes à l’oseille. J’ai adoré ce plat, autant dans ses saveurs, que la présentation qui compte énormément.

 

 

On continue après avec les noix de Saint-Jacques pochées dans une infusion de topinambour, accompagnées d’endive, quartier d’avocat, raisins frais et d’une râpé de raifort. Le tout est accompagné d’un velouté de potimarron à l’Ossau Iraty, champignons de Paris à l’estragon.

Visuellement c’est un peu moins joli, mais tout était délicieux, les cuissons sont parfaites, les jus, sauces et assaisonnement aussi et on se régale à chaque bouchée. J’aime beaucoup cette cuisine, pleine de finesse ou les produits sont bien mis en valeur, les sauces sont légères, on est surpris à chaque bouchée.

Pour accompagner mon plat, et le suivant, j’ai préféré rester sur un vin blanc. Tant qu’à faire j’ai goûté celui du Château Pape Clément, en blanc, millésime 2013. Ce vin est issus des cépages sauvignon blanc, sémillon et muscadelle.

Nous passons ensuite au plat de viande, du veau, qui était présenté en plusieurs services. Le rond de veine de veau fermier a été frotté d’écorces d’agrumes puis rôti au sautoir et déglacé à l’Absinthe. J’ai adoré, une viande moelleuse, goûteuse et un jus très parfumé. C’était accompagné d »une fondue d’endive, trévise, oignons grelots.

Dans une autre assiette était présenté la noix de ris de veau laquée d’un caramel de pamplemousse, quinoa rouge. Je garde toujours dans ma mémoire gourmande le souvenir d’un riz de veau parfait aux Sources de Caudalie, ce plat ne me laissera pas le même souvenir mais c’était quand même très bon.

Par contre j’ai goûté, mais je n’ai pas aimé la tête de veau, accompagnée d’olives vertes, quenelles, topinambour et moelle.

Heureusement les desserts sont arrivés pour finir ce repas sur une très belle touche gourmande. J’adore le ballet des assiettes qui se posent les unes à côté des autres, toutes différentes avec de petites bouchées pour ravir tous les gourmands. Au programme un carpaccio d’ananas épicé au safran, une pomme d’amour et sa tuile muscovado, un gâteau chocolat, café, cacao et genièvre, une meringue avec de l’orange et du Limoncello, une raviole de pruneau  sirop de citron à la vanille Bourbon, sorbet orange, opaline d’agrumes.

Gros coup de cœur pour le dessert aux pruneaux, celui à l’ananas et le meringué, pleins de fraicheur.

Nous avons terminé ce délicieux repas par un café et une infusion pour bien digérer ! P’tit bonhomme qui n’était pas avec nous ce jour là m’avait proposé d’emmener son repas dans une boîte car je lui avais dit que c’était un restaurant de fruits et de légumes (!) a même eu droit à une gentille attention, nous sommes rentrés avec pour lui un délicieux cake au citron qu’il a adoré !

Si vous voulez aussi découvrir ce restaurant, voici quelques infos utiles :

Restaurant La Grande Maison
10 rue Labottière, Bordeaux
Ouvert du mercredi au dimanche
Menu du déjeuner à 65 euros, menu dégustation de 4 plats à 155 euros + carte

Audreycuisine

0 Commentaires

    Pas de commentaires!

    Il n'y a pas de commentaire pour l'instant mais vous pouvez être le premier à en soumettre un ;)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués sont obligatoires*