- Audrey Cuisine - https://www.audreycuisine.fr -

Une Auberge en Gascogne, Fabrice Biasolo : restaurant Gastronomique

[1]

Il y a quelques semaines, j’ai découvert quelques créations de Fabrice Biasolo, [2] lors du cours de cuisine que nous avions eu avec les Merveilles [3] à Quai des Saveurs [4], pour le lancement du concours de recettes de Tomates [5]. D’ailleurs, les résultats [6] sont publiés, félicitation aux gagnantes ! J’ai trouvé que tout ce qu’il avait fait lors de cet atelier était super original, et j’étais très curieuse de découvrir sa cuisine dans son restaurant Une Auberge en Gascogne, à Astaffort.

[7]

Et quand Chef Damien [8] m’a proposé qu’on aille y déjeuner, je n’ai pas hésité à prendre ma voiture un samedi, pour tomber dans les bouchons à cause des départs en vacances ! Et puis en fait, le restaurant n’est qu’à une dizaine de minutes de la sortie d’Autoroute Agen, donc n’est pas si loin de Bordeaux. Et avec un peu de musique à fond dans la voiture (même pas honte …  NKOTB [9]et Leona Lewis [10] !!), un bon GPS j’ai réussi toute seule, comme une grande, à trouver mon chemin.  Trop forte (oui je sais ça fait du bien parfois de se lancer des fleurs !). Et qu’on ne dise pas que les femmes n’ont pas le sens de l’orientation 🙂

[11]

Arrivée un peu avant Chef Damien [8], Jean-Baptiste [12] et sa femme Marie-Anne, j’ai profité que la salle du restaurant était vide pour faire quelques photos et découvrir les lieux avant de nous installer sur la terrasse, pour profiter de cette belle journée.

[13]

Nous n’avons pas choisi les plats, et Fabrice Biasolo, nous a donc préparé un menu surprise,  avec pour seule “contrainte” qu’il y ait le petit déjeuner gascon, et tout était délicieux ! Plein de jolies découvertes gourmandes autant dans l’assiette que dans les verres, j’ai adoré le style de cuisine de Fabrice, à base de produits de qualité qu’il met sans cesse en avant. Et puis aucun plat ne se ressemblait, c’était une découverte à chaque nouvelle assiette qui arrivait, et nous étions tous sous le charme de sa cuisine.

[14]

Allez j’arrête de blablater, et maintenant voici les plats qui ont défilés les uns après les autres !

[15]

Une petite mise en bouche pour se mettre en appétit, avec la consigne de mettre le contenu de la cuillère dans la bouche, puis de prendre la pipette de bouillon. C’est ludique, c’est rigolo, ça pétille !

[16]

Ensuite, nous avons eu une assiette avec 3 bouchées gourmandes : la première une tranche de courgette jaune avec je-ne-sais-plus-quoi au milieu (aïe ma mémoire me joue des tours !), ensuite un p’tit hamburger au boudin, et une mousse de pommes de terres sur des dés de harengs.

[17]

Ensuite on passe aux choses sérieuses … le petit déjeuner Gascon, le seul plat qui est “a la carte” car justement, il n’y a pas de carte, juste des propositions de menu selon le nombre de plats, mais les plats sont élaborés selon les coups de coeur du chef.

Ce plat était extra ! Un p’tit déj comme celui-ci j’en veux bien tous les jours : une délicieuse tartine avec des lamelles très fines de foie gras cru assaisonné comme il faut, un chutney d’Abricots, un jus de carottes et un délicieux bouillon au jambon séché avec du céleri et du pain grillé dans la petite mousseline.

[18]

On vous verse le bouillon dans la tasse, et c’est vraiment très original !

[19]

Vous voulez la suite ? Fabrice Biasolo continue à nous en mettre plein la vue et les papilles avec un filet de maquereau recouvert de jambon Jabugo, d’un calamar accompagné d’une émulsion d’huile d’olive, et d’une salade de tomates de monsieur-je-sais-plus-qui. Et oui toujours ma mémoire (on dit que c’est le blond qui attaque le cerveau par les racines …). Ce que j’ai retenu c’est que Monsieur X il est facteur dans la vraie vie, qu’il vit en Provence et qu’il cultive des tomates pendant son temps libre, et qu’elles sont délicieuses. Et que c’était les premières qui étaient dans nos assiettes.

[20]

Vous avez vu le calamar ? Et bien moi je me souviens juste du goût qu’il avait, et de sa cuisson parfaite, que je suis incapable de refaire, comme pour le filet de maquereau qui était bien meilleur que celui que j’ai fait cuire dans ma p’tite cuisine avant hier. Et pour votre culture (et la mienne), les p’tites feuilles violatres, c’est des pousses de Shizo.

[21]

On reste sur le poisson pour encore un plat que j’ai adoré. Peut être même celui que j’ai préféré. De la ventrèche de thon, cuite à la plancha, recouverte de lard de Colonnata, et servi avec des haricots de Paimpol, une p’tite sauce à la tomate et du très bon vinaigre Balsamique.

Fan de gastronomie Italienne, j’avais découvert l’existance du lard de Colonnata dans mes bouquins, mais je n’en avais jamais mangé. Ce lard est très parfumé, il macère avec des herbes et des épices pendant plusieurs mois dans un récipient taillé dans un bloc de marbre, et il fait aimer le gras tellement il est parfumé !Et les haricots …. délicieux !

[22]

Après le lard, on reste sur le cochon. Le Porc noir de Bigorre [23], car on est dans le Sud Ouest quand même, cuit à basse température, et accompagné de haricots verts au gingembre, et d’une sauce à la pomme. Le contraste entre la viande fondante et les haricots presque crus c’est extra !

[24]

Encore une p’tite place avant le dessert ? Ou là ca va être difficile pour Marie-Anne et moi, on ne finira pas nos assiettes pour nous laisser un peu de gourmandise pour les desserts. Un délicieux morceau de filet de boeuf, des girolles poêlées, un carré de polenta onctueuse avec des p’tits morceaux de poivrons rouges et une crème à la cacahuète. Le boeuf pas très cuit et moi je sommes pas les meilleurs amis du monde, mais j’ai quand même grandement apprécié ce plat. Comme quoi, une cuisson parfaite, de bons produits, l’imagination du chef et le plaisir est là !

[25]

Ca y est, on passe aux desserts … beaucoup de fraicheur dans le premier, ou les pèches plates se mélangent avec une crème au sésame et des pistaches. Je n’ai pas laissé une miette dans mon assiette !

[26]

Et là je vais faire craquer tous les addicts au chocolat. Une barre glacée au chocolat, avec des noisettes et du caramel. Grand débat autours de la table, entre Damien et Jean-Baptiste. Alors ca ressemble à un mars, un nuts ou autre barrre chocolatée industrielle ? Je peux pas aider, je n’achète pas ça, c’est pas assez girly on va dire, alors qu’une tablette de Jivara cachée dans le  tiroir du bureau, pour ne pas craquer entre deux dossiers c’est quand même bien meilleur 🙂

[27]

Mais ça c’était …. mmummmhhhh comme quoi y’a pas que la salade de fruits [28] de Dorian [29]qui fait faire mmuuuhhhh !

[30]

Mais au fait, je ne vous ai même pas parlé des vins ? Normal c’est pas mon domaine, par contre Jean-Baptiste [31] le ferait beaucoup mieux que moi. Nous avons dégusté des vins d’un peu partout, du Jura, en passant par l’Allemagne (top !),  la Bourgogne et ailleurs. Ah la la … toujours ma mémoire ! Un vin différent sur chaque plat ça laisse forcément des traces 😉 En tout cas j’ai adoré les carafes Riedel [32]qui seraient aussi parfaites en déco dans la vitrine de ma salle à manger !

[33]

Et pour finir … 3 petites sucettes pour accompagner un thé. Je vous laisse la surprise de ce qu’elles contiennent, car après toutes ces photos et commentaires vous n’allez avoir qu’une seule envie, c’est d’aller chez Fabrice Biasolo [34] pour découvrir sa cuisine. Et qu’il faut quand même pas tout dévoiller et vous laisser quelques surprises …

Et encore un grand merci Chef Damien [35], merci à vous 3 pour cette belle journée.

Une Auberge en Gascogne
9 Faubourg Corné
47220 ASTAFFORT
T. 05 53 67 10 27


Petites infos complémentaires … parce-que Fabrice Biasolo il sait exactement ce qu’on a bu et mangé …

Et pour les vins voici la liste !

[36]Rendez-vous sur Hellocoton ! [37]
Blog Widget by LinkWithin [38]