- Audrey Cuisine - https://www.audreycuisine.fr -

La Tupina I Agneau de lait I Bordeaux (33)

[1]
Photo La Tupina, www.latupina.com

Quand on parle de restaurants à Bordeaux, et de personalités gourmandes du coin, souvent les noms de La Tupina [2] et de Jean-Pierre Xiradakis reviennent. Et depuis quelques semaines, ce dernier a eu une idée extra, c’est de faire découvrir à plusieurs blogueuses Bordelaises les produits un peu oubliés ou méconnus de notre région gourmande. Le mois dernier, le rendez-vous était donné pour la découverte de la Piballe, mais j’ai du annuler ma présence au dernier moment, trop de boulot, impossible de me libérer plus tôt et de courrir à l’autre bout de Bordeaux pendant ma pose déjeuner.

Alors quand j’ai reçu une nouvelle invitation cette fois ci pour découvrir l’agneau de lait des Pyrénées, j’ai sauté sur l’occasion, surtout qu’en plus Jean-Luc Gautier, le boucher des Capucins, était présent et j’avais bien envie de l’entendre parler, car j’achète ma viande dans sa boucherie depuis maintenant presque 2 ans (“ah c’est vous la dame qui fait ses sachets pour son congélateur” ouppsss oui c’est moi [3] !).

Alors, nous sommes sorties de nos campagnes respectives avec Véro [4]et avons laissé la voiture au voiturier de la Tupina (top top ! vous nous avez évité d’abimer la voiture en la garant ;-)), pour retrouver notre p’tite troupe de blogueuses Bordelaises, ce soir là il y avait aussi Joelle [5], Bergeou [6], Cécile [7], Chantal [8]et Jeanne [9].

[10]  [11]

Jean-Pierre Xiradakis nous a d’abord reçu à la Maison Fredon [12], un bel immeuble qu’il a fait réaménager, comprenant d’originales chambres d’hôtes à la déco soignée. Les fans d’art contemporain ne peuvent qu’aimer ! Il a nous ensuite parlé de l’agneau de lait des Pyrénées, que l’on ne trouve chez quelques bouchers que quelques mois dans l’année et qui mérite à être un peu plus connu. C’est un agneau qui a moins de 2 mois, qui n’a été nourri que de lait et qui a une viande particulièrement fondante et de couleur très claire.

Jean-Luc Gautier en propose dans sa boucherie, entre Noël et Pâques, le plus souvent sur commande. Comme les agneaux sont tout petits, environ 8 kilos, il les vends en moitié que m’on fait cuire au four pour un repas pour plusieurs personnes. On trouve aussi des morceaux découpés, mais vu la taille de la bête, les grosses pièces sont privilégiées.

[13]  [14]

[15]  [1]

Et là tous les deux nous ont annoncé leur surprise de la soirée … non nous n’allons pas déguster des morceaux nobles d’agneau de lait au dîner ce soir, mais nous avons un menu composé uniquement des abas à déguster (ne le cherchez pas sur la carte de la Tupina, c’était un menu uniquement composé pour nous). Joëlle et Cécile ont accueillies la nouvelle avec enthousiasme, et avec Chantal nous nous sommes un peu inquiétées de la suite de la soirée !!

Bon, je vous laisse regarder les photos, moi je l’ai joué profil bas, j’ai quand même goûté “quelques” préparations, les brochettes de coeur et de rognon ça allait mais certains plats c’était trop pour moi, comme par exemple l’assiettes de tripes ou la langue d’agneau en sauce. Par contre, les raisins et la sauce au verjus du foie étaient délicieux, ainsi que la poire en dessert :-).

Bon m’sieur Xiradakis, on fait plus “classique” la prochaine fois, hein, on est des filles au palais sensibles …

 Actu !
Vendredi 15 mars aura lieu dans la rue de la Tupina la Tue Cochon, à partir de 10 h 30. Toutes les infos sont ici [16]. Moi je bosse et je ne pourrai donc pas y être, mais j’en ai un très bon souvenir d’il y a deux ans [17] !