- Audrey Cuisine - https://www.audreycuisine.fr -

Et on mange quoi sur une croisière Costa neocollection ?

Sans titre [1]

Depuis mon début de séjour [2]sur le bateau Costa Neoriviera [3], on me dit que le concept de croisière Neocollection est très différent des autres croisières Costa, ou d’autres compagnies. Comme c’est ma première croisière, je n’ai donc aucun moyen de comparaison, alors en échangeant avec d’autres passagers j’ai pu en apprendre un peu plus.

Sans titre [4] Sans titre [5]

Sans titre [6] Sans titre [7]

Côté repas à bord, cette croisière se veut plus conviviale, avec moins de contraintes. Il est donc possible de manger (et de boire) à bord à toute heure du jour ou de la nuit, sans respecter des tables imposées et des horaires de service. Cela commence par le petit déjeuner, servi soit au Self ou au restaurant. Je n’ai testé que le premier qui me convient très bien, avec ses différents pains, viennoiseries, gaufres, cakes, pancakes ou bien ses petits déjeuners salés (œufs brouillés, comptoir à omelettes, bacon, etc), healthy (fruits, céréales, lait de soja, yaourts, …) et etc. Il y en a pour tous les goûts !

Au tout début de mon séjour sur le Costa Neoriviera, j’ai découvert lors de la visite des cuisines que les repas étaient un point hyper important pour les croisiéristes, et que tout devait être parfait pour eux, surtout pour une croisière gastronomique.

Sans titre [8] Sans titre [9] Sans titre [10]

Par contre, sur cette croisière Neocollection, j’ai trouvé que la quantité des choses proposées ne prend pas le pas sur la qualité. Je suis très surprise des plats proposés, ce n’est pas ultra recherché, mais c’est bon, bien cuit et servi à la bonne température.

Sans titre [11] Sans titre [12]

A chaque escale, les plats du restaurant sont adaptés à la cuisine locale, j’ai testé plusieurs spécialités comme les pâtes à la sicilienne avec une sauce aux pignons et fenouil, de délicieux raviolis à la courge, ou des spécialités italiennes comme l’osso bucco.

Sans titre [13] Sans titre [14]

Par contre, cette croisière se veut gastronomique, je dirais plus que l’on découvre des plats des différentes régions ou nous passons mais que ce n’est pas aussi fin que ce que l’on peut attendre d’un restaurant gastro, autant au niveau des associations très classiques, que de la présentation assez basique, ce sont toujours des produits assez simple qui sont cuisinés, de la cuisine de tous les jours, pas de produits plus typés “premium”.

Sans titre [15] Sans titre [16]

Bon par contre au self, il y a quand même pas mal de plats en sauce d’origine Italiens, et c’est quand même bien grassouillet, et si on veut un peu de verdure il faut regarder du côté du salade bar et ses crudités non assaisonnées. Mais comme j’adore les salades et les crudités, je ne me suis pas du tout lassée du self le midi pour des assiettes plutôt équilibrées avec un morceau de poisson grillé ou des calamars ou du poulpe. Il y en a tous les jours sur le bateau cuisiné sous différentes formes, j’en ai fait une cure.

Sans titre [17] Sans titre [18]

Sans titre  [19]Sans titre [20]

Côté dessert, c’est la cata par contre … mis à part le tiramisu (parfait !), la crème caramel, le reste c’est quand même pas mal de gâteaux à la crème, brillants sous leur couche de glaçage sucré, ou des préparations genre crème dessert en poudre aux arômes chimiques. Il y a une spécialité que j’ai adorée par contre, c’est la « casadinas », une tourte au fromage frais parfumée à l’orange et au safran.

Sans titre [21] Sans titre [22]

Sinon, comme ce bateau est à taille humaine, un soir j’étais même déçue de ne pouvoir tester un risotto car il contenait du fromage, la serveuse a été voir en cuisine et j’ai patienté un peu plus mais j’ai eu mon risotto cuit à la demande sans parmesan (la classe non ?). Depuis je n’ai pas hésité et j’ai pu me régaler de délicieux risottos au safran, aux artichauts, et de pâtes diverses et variées.

Sans titre [23] Sans titre [24]

Sans titre [25]

Sans titre [26]

Concernant ce que l’on ne voit pas pour que ces plats arrivent dans nos assiettes, j’ai eu droit à la visite des cuisines avec le chef des approvisionnements et des cuisines. A bord, il y a donc d’énormes réserves (tout est rentré à Savone, au départ de la croisière), que ce soit de produits secs, frais (les légumes, herbes et fruits) ou surgelés. Ces derniers sont privilégiés pour plusieurs raisons, déjà c’est les plus adaptés pour des croisières de plusieurs jours et comme ils sont décongelés tous les jours selon des normes strictes, c’est beaucoup plus « sain » pour éviter les épidémies à bord, pour des questions sanitaires. Par exemple, la majorité des poissons sont surgelés, car cette étape permet d’éliminer des germes et bactéries qui pourraient nous rendre malades. Et si ce genre d’évènement arrive à bord, c’est la cata aussi bien pour l’équipage que les vacanciers, ce que personne ne souhaite !

Sans titre [27] Sans titre [28]

Côté boissons, à bord du Neoriviera, il y a 8 bars. Certains sont ouverts la journée, d’autres le soir, certains tout le temps. J’ai bien aimé que lors des repas au restaurant, les suggestions de vins changent tous les jours. J’ai donc pu découvrir pas mal de vins Italiens, et j’ai vraiment craqué sur les rouges, alors qu’en général je suis plus vins blancs. Ils sont très fruités, doux et plein d’arômes de fruits rouges, je sais donc ce que je vais ramener dans mes valises !

Sans titre [29]

Sinon, pour les apéros j’ai fait comme j’avais fait lors de nos précédentes vacances dans des Clubs-Med : j’ai pas mal découvert la carte de cocktails J. J’ai adoré ceux à base de Prosecco, un vin blanc italien pétillant, le Bellini avec de la pèche ou le Rossini avec du jus de fraise, faut que je trouve une recette avec les bonnes proportions pour le refaire à la maison. A la fin de la croisière, un des serveurs du bar que je préférais me proposais même directement l’un ou l’autre sans que je regarde la carte 🙂