- Audrey Cuisine - https://www.audreycuisine.fr -

Le Saint-James I Gastro I Bouliac (33)

saint james bouliac [1]

Mardi, c’était notre anniversaire à tous les deux. Il y a 16 ans, notre rencontre et il y a 8 ans notre mariage. On l’avait préparé en douce, sans prévenir autour de nous pour faire un mariage surprise, non conventionnel et surtout non prise de tête. Comme nous n’étions pas nombreux, nous avions organisé le dîner de mariage au Saint-James, quand Michel Portos était encore le chef. Il faisait un temps magnifique, on en a un très bon souvenir autant de l’instant que de la qualité du repas que nous avions partagés. Je vous en avais déjà parlé à l’époque sur cet article, notre dîner de mariage au Saint James [2].

Sans titre [3] Sans titre

Et tous les ans, pour fêter nos anniversaires, on se fait un très bon restaurant, il y a eu par exemple Le Pavillon des Boulevards, l’Estacade, L’Oiseau Bleu, Le Café du Port et Le Gabriel pour ces dernières années. J’avais là très envie de refaire le Saint-James à Bouliac et c’est ce dernier qui a remporté mon choix, car j’avais très envie de découvrir les créations de Nicolas Magie, qui était avant au restaurant “La Cape” à Cenon, un restaurant que j’avais adoré (pour le contenu des assiettes, pas le cadre) et j’avais même écris sur mon blog que c’était un des meilleurs restaurants que j’avais découvert sur Bordeaux [4]. Alors j’étais très curieuse de découvrir ce qu’il pouvait proposer au Saint-James, dans ce cadre magnifique.

Nous sommes arrivés en début de soirée, et malheureusement le temps n’était pas avec nous. Nous nous sommes installés dans le bar pour prendre un apéritif avant de rejoindre la grande salle du restaurant, que je ne connaissais pas, car le deuxième dîner que j’avais fait au Saint James c’était dans un grand salon.

Sans titre [5]

Sans titre [6]

Sans titre

Sans titre [7] Sans titre [8]

Nous avons opté pour nos boissons préférées, nectar de framboises pour mon chéri, champagne rosé pour moi. Le tout était accompagné de petites bouchées bucoliques posées dans leur boîte de bois et de verdure : une sucette au chèvre, un crackers au foie gras & chutney de concombre (délicieux !), une tartelette aux langoustines et œufs de poisson volants et une tomate cerise fourrée au mascarpone, glacée dans un caramel croquant.

Sans titre [9] Sans titre [10]

Nous nous sommes ensuite dirigés dans la grande salle du restaurant, et avons découvert notre table en bordure du jardin. Cette pièce est très agréable, lumineuse, aérée, avec de l’espace avec nos voisins pour ne pas avoir à participer à leurs conversations.

Côté menus, j’ai craqué … les mots “homard” et “ris de veau” m’ont fait pencher pour le menu Saint-James, un menu dégustation en 5 plats. On a demandé quelques ajustements, mon chéri n’était pas fan de ris de veau il a demandé à échanger avec le canard à la carte, et moi j’ai prévenu que je n’aimais pas le fromage et que je m’en passerais bien dans les plats.

Sans titre [11] Sans titre [12]

Pour patienter avant notre entrée, nous avons eu une mise en bouche, à base de concombre en deux textures, une fine gelée de concombre et une mousse parfumée avec une herbe dont je ne me souviens pas du nom. J’ai continué mon repas avec une deuxième coupe de Champagne, toujours rosé, je n’avais pas envie de vins.

Sans titre [13]

Notre entrée est arrivée, le Homard bleu de la Cotinière de chez ‘Gilles Perrier’, cuit au court bouillon, poivron rouge en textures, avocat et cromesquis acidulés. Ce plat, je l’ai adoré ! Visuellement parfait, plein de textures et de goûts différents, qui s’associent parfaitement entre eux. L’avocat est soit en morceaux, surmonté d’une salicorne iodée, soit en sphère moelleuse. Le homard est cuit à la perfection, superbement décortiqué et mis en scène dans l’assiette. Le sorbet de poivron rouge est sucré et très gouteux et s’associe à merveille avec la chair de homard qui se casse sous la raviole. Il y a également dans l’assiette un morceau de carapace de crevette, frite, et qui se mange. C’est ultra croquant, comme une chips avec un goût de crevette très prononcé, c’était vraiment bon et surprenant !

Sans titre [14]

Sans titre

On passe au poisson, Turbot sauvage de chez ‘Gilles Perrier’, en filet épais, cuit en vapeur d’agrumes, fèves, artichaut poivrade et parmesan, sauce comme une ravigote.

Le turbot était le meilleur que j’ai mangé … une cuisson vapeur, une chair parfumée, moelleuse, des petits grains de citron caviar qui apportent LA touche acidulée que j’adore, bref du très haut niveau pour ce plat. Les artichauts sont farcis d’une purée de fèves, sans parmesan pour moi, et la p’tite sauce est également délicieuse. Moi qui adore me régaler de poisson au restaurant j’étais ravie ! Incapable de refaire cela à la maison …
Sans titre [15]

Sans titre

Ris de Veau de lait du Limousin et morilles fraîches, simplement rôtis au sautoir, cèpes d’été, ail nouveau et amande fraîche ou Canard de chez ‘Mr Duplantier’, servi avec le même accompagnement

Une cuisson parfaite, un jus de folie (y’en restait plus une goutte dans l’assiette …). La cuisson des ris de veau était parfaite, c’est un plat que j’adore et dont je me régale uniquement au restaurant, je ne sais pas les cuisiner ! J’ai un peu moins aimé la purée d’ail nouveau et d’amandes, mais les petits cèpes étaient juste sublimes.

Sans titre [16]

Sans titre

Mon chéri a une droit à une sélection de fromages affinés de chez ‘Mr Pierre Rollet’, le fait d’annoncer toujours le nom de la personne qui est derrière le produit l’a fait beaucoup rire tout au long de la soirée 🙂 mais il a adoré ses fromages.

Moi j’ai eu une très gentille attention : un dessert pour remplacer mon assiette de fromage ! Cela tombait bien, celui-ci je l’avais vu sur la carte et il me faisait de l’oeil. Très réussi, textures et goûts j’ai adoré. Il s’appelle très joliment Entre le chocolat et le citron, Crémeux Dulcey, noisettes et tuile croustillante.

Sans titre

Petit pré-dessert qui arrive normalement après l’assiette de fromage. Une glace au lait fumé, accompagnée de petits croutons, de framboises et de groseilles pour passer en douceur au dessert. C’est surprenant cette saveur de fumée !

Sans titre [17]

Et hop un nouveau gâteau au chocolat et une bougie à souffler … j’adore et oui j’ai encore 3 ans dans ma tête parfois 🙂

Sans titre [18]

Pour finir, le dessert, Framboise, comme une tarte croustillante, tuile au café, crème vanille Bourbon et sorbet verveine

Et bien là zut … c’était joli, les framboises étaient très bonnes, le sorbet aussi, mais pour le tout on a pas succombé. Très sucré, la crème pas très fine, on attendait le croustillant dans un sablé ou quelque chose du genre plutôt que dans une tuile en sucre qui bordait la tarte.

Sans titre [19] Sans titre [20]

Et pour terminer un aussi bon repas, un café pour mon chéri, avec les jolis p’tits sucres en cannelés, une infusion pour moi et une jolie assiette de mignardises : une guimauve framboise, un mojito revisité, un sablé et une sphère aux fruits rouge (top !).

Sans titre

Je suis donc ravie d’avoir re-découvert cette table, le Saint-James est vraiment un endroit de rêve sur Bordeaux pour fêter ce type d’occasions et j’ai adoré les créations du chef qui m’ont en mis plein les yeux et les papilles. Et le pire dans tout ça c’est que j’ai déjà envie d’y retourner !!! En attendant je vais me contenter de profiter de mes superbes roses trop trop belles …

Le Saint-James [21]
3 place Camille Hostein
33270 BOULIAC
Tel 05 57 97 06 00
reservations@saintjames-bouliac.com
Menus à 70, 100 et 135 euros et carte
Menu du midi à 49 euros (3 plats, boissons et vin compris)