Une journée dans la Death-Valley [Nevada, USA]

Quand on quitte Las Vegas direction l’Ouest, pour aller en Californie, on est obligé de passer dans Death Valley, la Vallée de la Mort.

Ca tombe bien, ce Parc National nous intrigue autant qu’il nous fait peur vu sa réputation : un lieux désertique, dans lequel personne ne vit, des températures hallucinantes, des conditions météo qui mettent à rude épreuve les hommes et les voitures et dans lequel sans eau on ne survit pas longtemps.

Mais les paysages sont sublimes, ils méritent bien un coup d’oeil !

Comment s’organiser ?

Nous quittons Las Vegas dans la matinée après avoir découvert les vieux quartiers de la ville. Dès que nous sortons de la ville, nous nous retrouvons très vite dans le dessert, c’est impressionnant comme celle ville a poussé au milieu de nulle part !

Nous avons une heure quarante de route avant de nous retrouver à l’entrée de Death Valley, via Death Valley Junction.

 

J’adore être au milieu de rien, c’est moi qui conduit sur la 373 (dès qu’on a quitté les grands axes ! j’aime pas les autoroutes et les énormes camions …) et j’en ai plein les yeux. La route grimpe, tourne, descend, rien est monotone, c’est superbe ! Bon j’ai quand même réussi à faire un bouchon dans Death Valley … les touristes derrière moi ont du mal à garder leur patience sur la route :-).

Comme la température n’est vraiment pas idéale en plein mois d’août pour découvrir le Parc National de Death Valley, on ne fera pas de randonnées sur place, juste des petites sorties rapides de la voiture pour profiter des points de vue.

Nous avions fait le choix d’un hôtel à Furnace Creek, au beau milieu du Parc, c’était l’occasion de profiter de la piscine l’après midi.

Cependant vu le foutage de gueule de l’accueil dans cet hôtel (Le Ranch au Furnace Creek) nous aurions mieux fait de faire quelques kilomètres de plus pour aller jusqu’à Stovepipe Wells Ranger Station histoire de boycotter ce qui s’appelle maintenant “The Oasis” et qui n’est qu’un complexe qui se moque des clients car ils sont tout seuls dans le coin et sans aucun scrupules pour te faire regretter ton choix. Le complexe se rénove petit à petit et franchement en août dernier ce n’était pas beau à voir … bref je vous en parle plus bas dans “Ou loger (ou pas) à Death Valley”.

Quelques conseils pour visiter Death Valley en été

Endroit inhospitalier au possible, il y a quelques conseils à prendre en compte avant de visiter le parc, en été :

  • Eviter les randonnées. Il faut chaud tout le temps, la température est montée à plus de 45° quand nous y étions en plein mois d’août.
  • Boire beaucoup d’eau, il est conseillé de boire au moins 4 litres d’eau par jour et par personne. Il ne faut pas attendre d’avoir soif pour boire. Il faut donc toujours avoir une réserve d’eau dans son véhicule. Pensez à rajouter plein de glaçons (dispo dans tous les hôtels) dans votre glacière, l’eau chaude c’est pas bon !
  • Le soleil tape, fort. Protégez vous avec de la crème solaire, même pour les petites sorties, et n’oubliez pas un chapeau. Truc bête également, oubliez les tongs et prenez des chaussures fermées avec des semelles épaisses. La température au sol peut atteindre 20° de plus que celle de l’air, le sable est brûlant (en juillet une personne a perdu ses tongs, a marché sur le sable brûlant pour finir brulée au 3ème degré …).
  • Faire le plein d’essence avant d’entrer dans le parc et vérifier les niveaux. Les rares stations d’essence y sont hors de prix. Profitez-en pour ne pas pousser la clim, et ménager votre voiture : attention au choc thermique en descendant ! Si besoin on trouve de temps en temps des réservoirs d’eau non potable pour les radiateurs (« radiator water only »).
  • Achetez vous de quoi manger avant d’entrer dans le parc, c’est hors de prix pour pas grand chose.
  • Prenez une carte ou un gps, les téléphones ne captent pas grand chose dans Death Valley.




     

Le Parc National de Death Valley

Nous sommes ici à l’endroit le plus bas, le plus sec et le plus chaud d’Amérique du Nord. Le parc national est le plus grand des USA ! Ce parc situé sur une zone aride contient le plus grand relief désertique de la partie continentale des États-Unis. Le fond de la vallée de la Mort est à plus de 90 mètres sous le niveau de la mer, alors que le mont Whitney, situé à 50 kilomètres à peine, s’élève à plus de 4 400 mètres.

L’air y est sec est chaud car le parc est séparé de l’océan Pacifique par cinq chaînes de montagne qui assèchent complètement les entrées d’air océanique, c’est donc pour cela que l’air y est sec et chaud. En venant de Las Vegas, voici les points qui méritent de s’y arrêter.

Zabriskie Point : C’est notre premier arrêt dans Death Valley. Ce site était exploité autrefois pour le Borax, un produit minéral qui servait à fabriquer les détergents. Le point de vue est superbe, avec des formations géologiques multicolores aux formes dentelées par l’érosion. Il parait que c’est superbe au lever ou coucher de soleil, mais nous n’avons pas eu cette chance.

  

Badwater : on repère sur la roche un panneau qui nous donne le niveau de la mer, bien au dessus de nous car Badwater est le point le plus bas des USA, à 85.5 mètres au dessous du niveau de la mer ! Il s’agit d’un immense lac salé, ou l’eau s’est évaporée laissant un sol craquelé.  C’est superbe et presque irréel.

 

Artist’s Palette (Artist’s Drive) : Il faut faire cette boucle avec sa route sinueuse digne des meilleurs pubs pour les voitures pour voir les collines colorées par des dépôts minéraux. La route est à sens unique, à voir en revenant de Badwater.

  

Ou loger (ou pas ?) dans Death Valley

Dans Death Valley il n’y a pas 50 solutions pour loger sur place. Il y a un grand complexe à Furnace Creek avec plusieurs établissements et restaurants géré par les mêmes propriétaires. Nous avions donc réservé au Furnace Ranch, car il y avait pas mal de travaux sur place l’an dernier et c’était le seul établissement ouvert.

Quand je vois la qualité des prestations que nous avons eu et le prix que coûte (plus de 200 dollars la nuit), c’est bien prendre les touristes d’un jour (car oui on ne passe pas une semaine dans la vallée de la mort) pour des pigeons.

En août dernier, cela ressemblait à un complexe bien vieillissant et très mal entretenu, que ce soit du côté des chambres, des extérieurs et du restaurant (avec les banquettes éclatées). Les meubles étaient éclatés par endroits, la propreté douteuse, la fenêtre ne fermait pas à clé.

La piscine est super agréable pour se rafraichir l’après midi mais il ne faut pas regarder de prêt l’eau pas très nette ni le mobilier.

Le lit était confortable heureusement, et la climatisation fonctionnait. Côté restauration, il y avait un Saloon qui avait meilleur réputation que la cafétéria. Sauf qu’aux USA les enfants ne sont pas autorisés dans les bars, donc exit les pizzas & burgers avec les bières pour les parents si t’es accompagné et vive la cafétéria défraîchie, salle, chère et pas terrible (rien ne semble fait maison). Pour le p’tit déjeuner, c’est le même endroit, et ce n’est pas mieux, que du industriel, pas de fruits frais, même le granola a une drôle d’allure.

Si j’ai bien compris le Furnace Ranch est fermé actuellement pour rénovation et c’est une bonne chose. En espérant que les prestations s’améliorent dans le temps …

Sinon, le seul truc hyper positif, c’est que depuis le Ranch nous avons pu voir la plus belle nuit étoilée de notre séjour, et ça c’était magique d’être allongés dans l’herbe, devant notre chambre, et de profiter des étoiles.

Il faut savoir que moins un environnement est pollué par des lumières, mieux c’est pour observer les étoiles. Nous sommes au beau milieu du Parc National, sans routes éclairées ni habitations, le lieux est parfait !




Audreycuisine

1 Commentaire

  1. Avatar
    Philo mars 21, 2018

    Ca me rappelle des souvenirs qui ont presque 18 ans ! J’avais dormi au même endroit. Par contre je ne me souviens pas d’y avoir été aussi déçue. Peut-être que ça s’est dégradé ou alors avant j’avais moins d’exigence.
    Pour la piscine, par contre, pas de souvenir de rafraîchissement. Je dirais que c’était même l’inverse. L’eau était aussi chaude q’un bain. Mais ça ne nous a pas empêché de nous y détendre 🙂

    @ je pense que le truc n’a pas été rénové depuis longtemps ! Ils étaient en plein travaux et avaient laissé ouvert, donc c’était nul. Ceux qui vont y aller cet été auront plus de chances

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués sont obligatoires*