A la découverte du Parc National de la Gaspésie (Canada)

2

Après avoir découvert le côte de la Gaspésie, aussi bien la Baie des Chaleurs, le village de Percé, l‘Ile de Bonaventure ou le Parc National du Forillon, nous nous sommes enfoncés dans les terres pour une nouvelle escale, en pleine nature, dans le Parc National de la Gaspésie. C’est l’étape la plus longue de notre voyage, celle ou nous sommes restés 3 nuits à loger au coeur du Parc National, à 60 kilomètres du premier commerce. C’est notre meilleur souvenir de nos vacances au Canada.

Nous avons donc quitté Sainte Anne des Monts après une journée ensoleillée à faire plaisir à notre p’tit bonhomme, fait les courses pour remplir le réfrigérateur du chalet qui nous attend pour 4 jours en pleine nature. Au coeur du Parc National il n’y a pas 50 solutions pour se loger. Les refuges, les camping, le Gite du Mont Albert, ou la location de chalets. C’est cette dernière solution qui nous a fait envie. Forcément, le confort, la nature et l’autonomie ça a a un prix, notre chalet perdu dans la forêt était l’hébergement le moins économique des vacances, cela tournait autour de 250 euros la nuit.

Untitled

Untitled

Nous avons récupéré les clés et écouté les consignes à l’accueil du Gite du Mont Albert (une sorte de complexe hôtelier, restauration et services qui coûte un bras et au confort disparate d’après les avis trouvés sur le net). Par contre au milieu des vacances, la laverie du Gite était quand même un super point positif qui nous a bien aidé 🙂

Untitled

Nous avons ensuite repris la p’tite route qui mène aux chalets. Il y en a 20 de mémoire, regroupés par secteurs, assez espacés les uns des autres. Certains n’ont pas de sanitaires ni d’électricité, d’autres ont deux ou quatre chambres avec tout le confort souhaité : cuisine aménagée, salon, salle de bain, cheminée, terrasse et chambres. Nous avions opté pour un chalet dans la zone du Mont Albert, avec le linge de maison inclus, c’était le numéro 22.

Untitled

Nous avons donc retrouvé notre chalet, lumineux, douillet et très bien équipé. Après 12 jours d’hôtels qu’est ce que cela fait du bien de se sentir « chez-soi ».

Untitled

Untitled

Untitled

Après n’avoir rien cuisiné depuis le début des vacances, c’était aussi l’occasion de trouver une vraie cuisine. Alors forcément, mes recettes sont restées très simple, c’était plus une cuisine d’assemblage, des produits frais, des légumes et des grillades pour changer des plats mangés au restaurant.

frigo Untitled

Sympa le frigo non ? J’ai trouvé aussi de quoi agrémenter mes grillades, des p’tits mélanges d’épices bien pratiques !

Untitled

Untitled

Untitled

Untitled

On a également testé les spécialités de chez Atkins & Frères, achetées sur la route en revenant du Parc du Forillon, comme les délicieux saumon fumés à chaud (en pavés, moelleux à coeur) comme à froid, les bouchées de saumon fumé au sirop d’érable, le saumon mariné pour faire des apéros sur la terrasse avec la forêt en fond. Les rillettes de homard fumé sur un bout de pain, accompagnés des animaux Gaspésien en peluche car « maman renardeau il va pleurer dans le magasin il n’a pas de maman lui » (ou comment ramener du Canada un ours, un renard et un béluga dans sa valise …) c’est le top pour finir une belle journée.

Untitled

Et sinon, les soirées dans un chalet perdu dans la montagne c’est fabuleux … ni tv, ni wifi, alors vive les feux de cheminée, la lecture et un bon thé ! Et mon ordi quand même pour noter tout ce qui me passe par la tête et vous préparer des articles sur mes vacances au Canada !

Untitled

Au p’tit matin, il faisait bien frais. Mon p’tit bonhomme s’est réveillé en me disant qu’il avait entendu un animal devant sa chambre et qu’il l’avait vu derrière le rideau … mon chéri a confirmé avoir entendu des pas sur la terrasse, quel malheur pour moi d’avoir le sommeil si lourd nous ne savons même pas quelle bête est venue manger les miettes de l’apéro sur la terrasse ! On a vu des crottes devant le chalet, c’était surement une biche ou un cerf. D’ailleurs pour éviter de faire venir les animaux trop prêt des logements, tous les chalets sont équipés de poubelles « anti-effractions » qui ne peuvent pas être ouvertes par un ours de passage par exemple 🙂 et oui nous sommes en pleine nature !!

Untitled

Première rando de la journée, direction le Mont Ernest Laforce. Une p’tite boucle de 5 km, sur laquelle on peut voir régulièrement des orignaux.

Untitled Untitled

Untitled

Sauf qu’avec ce brouillard là vous croyez qu’on a vu quelque chose ? Rien du tout !!

Untitled

Untitled

Untitled

Arrivés au sommet, nous sommes super fiers de nous. Avec un peu de patience, la brume s’en va et nous laisse une très belle vue sur la vallée.

Info sentier Mont Ernest-Laforce : intermédiaire, 4,5 km, 155 de dénivelé, durée 2 h 00 (boucle).

Untitled

Untitled

Il est temps de redescendre, pour une autre rando, direction le Lac aux Américains.

Untitled

Comme vous pouvez le constater sur les photos, le Canada, et la Gaspésie au mois d’août c’est pas short et tee-shirt pour les rando, du moins le matin. Il peut faire très froid (2 à 5 degrés ressentis sur les sommets), les chemins sont caillouteux, la météo change rapidement du soleil à la pluie alors chaussures de marches, pantalon qui coupe bien le vent, polaire et blouson coupe vent obligatoire. Mon chéri avait anticipé avant de partir et avait acheté un coupe vent technique pour compenser les variations de températures, je pensais que ma p’tite parka achetée en Bretagne quelques années plus tôt serait suffisante et j’ai du m’acheter sur place un blouson de rando doublé en polaire pour plus de confort. En plus il est bien déperlant je n’avais plus peur de la pluie et du vent !!

Je l’ai trouvé au Centre des Découvertes et des Services du Mont Albert, ou ils vendent des vêtements de rando, des produits de base pour les repas (à prix d’or …), et des cadeaux souvenirs. Il y a sur place également une très belle exposition sur la faune de la Gaspésie. Et comme en août ils soldent les vêtements de saison, c’est le bon moment pour s’équiper, avant qu’ils rentrent les vraies tenues d’hiver (j’ai regardé il fait -20 au moment ou je finalise mon article …). Une bonne astuce à retenir si vous passez par les boutiques des parcs Sépaq.

Untitled

Untitled

Untitled

Quand nous sommes arrivés au Lac aux Américains, par un sentier facile d’accès, la vue était sublime. Nous en avons profité pour faire comme tous les randonneurs du coin pour faire notre pause sandwich ! En parlant de touristes, le Parc de la Gaspésie étant très grand, c’était agréable car ce n’était pas très peuplé. Nous rencontrons souvent les mêmes personnes qui sont là pour plusieurs jours et qui font les mêmes rando que nous 🙂

Info sentier Lac aux Américains : débutants, 2,6 km, dénivelé 80, 1 h 30 Aller-retour 

Untitled

Untitled

Untitled

 Nous avons repris la route pour aller dans la direction des chutes Sainte Anne, superbes, a essayer de voir passer les saumons qui remontent la rivière jusqu’à la mer. Après les choses se sont un peu compliquées pour moi, nous avons pris le sentier direction le Mont Albert, avec un fort dénivelé et des pierres partout.

Info sentier Chutes Sainte Anne : facile, 1,7 km, dénivelé faible, 30 min Aller-retour 

Info sentier Mont Albert (Versant nord) : difficile +, 11,4 km,  850 dénivelé, 5 h Aller-retour 

Untitled

Untitled

J’ai encore le sourire sur la photo mais qu’est ce que j’en ai bavé !!!

Untitled

Untitled

Mais arrivés au Belvédère (on a pas été au sommet) la vue est grandiose sur le parc, nous avons même vu une belle mésange du Canada qui est resté longtemps avec nous !

Untitled

Le lendemain ce fut encore une autre histoire …. l’idée était d’aller au sommet du Mont Jacques Cartier pour aller y observer les Caribous. Le début du sentier est situé à 50 km environ depuis notre chalet. On peut y accéder par le Nord, la route 16, ou le Sud, la route 14. Et quand je dis route … c’est plus une piste de terre avec des énormes trous et des branches qu’une route bitumée ! Là on a légèrement regretté de ne pas avoir loué un 4×4. On a pris notre temps et dans notre malheur la route 16 était coupé à mi-chemin. Pensez à vous renseigner au centre des services pour éviter de faire des kilomètres pour rien comme nous !!!

Untitled

Untitled

Pour accéder au Mont Jacques Cartier, il est impératif de se garer sur un parking proche du Centre des Services du Mont Jacques Cartier. Là, il faut s’acquitter d’un ticket pour avoir le droit d’y monter (en plus du prix des entrées journalières dans les Parcs Nationaux du Canada, réseau Sépaq, dont je vous ai déjà parlé, de l’ordre de 20 euros par jour par famille). L’accès est réglementé de la sorte pour sauvegarder les Caribous et les laisser le plus de temps tranquilles. Le sentier est donc ouvert du 24 juin au 30 septembre, du 1er décembre au 30 avril et on ne peut y acceder que de 10 h à 16 h 00. En sachant que la rando pour arriver au sommet est jugée difficile, qu’il faut 4 à 5 heures pour faire l’aller-retour, cela laisse peu de temps pour embêter les Caribous ! Le bus nous pose au pied du sentier.

Le Mont Jacques Cartier est le plus haut sommet du Québec méridional avec 1 270 mètres d’altitude, cette montagne est un véritable îlot de Grand Nord qui témoigne d’une époque glacière lointaine. En plus de vous déplacer dans la toundra alpine, vous traverserez l’habitat du caribou montagnard jusqu’à la tour d’observation au sommet.

Info sentier Mont Jacques Cartier : difficile, 8,3 km, dénivelé 465, durée 4 à 5 h 00 aller-retour. Prévoir 18,5 $ par famille pour accéder au sentier par le bus depuis le Camping.

Untitled

Et là, j’avoue j’en ai bavé. Très fort. Le début de la montée est raide, les pierres n’aident pas à être bien stables, ça glisse, j’ai la pointe, mon sac à dos est trop lourd.

Untitled

Heureusement, je suis récompensée à l’arrivée par un p’tit Caribou en haut de la montagne. Sincèrement, il faut avoir de bons yeux pour ne pas le louper !!

Untitled

Untitled

Les paysages sont sublimes, le sentier un peu plus aménagé aide à monter sur le chemin de pierres. Je suis plus zen et je vois un deuxième caribou 🙂

Untitled

Untitled

Untitled

L’accès à la tour d’observation est encore loin, nous sommes en pleine Toundra, en pleins vents !

Untitled

Et hop un troisième Caribou ! Pour ne pas les effrayer, on doit impérativement rester sur le sentier. Ce sont eux les rois des sommets, nous devons respecter leur environnement.

Untitled

Arrivés en haut, nous sommes fiers de notre montée. P’tit bonhomme est en sécurité dans son porte bébé, c’était l’achat utile d’avant les vacances ! Si besoin au centre des services on peut également en louer, ce qui peut être bien pratique sans s’encombrer dans la valise.

Untitled

La descente est assez compliquée, ça glisse il faut faire attention, avec le porte bébé sur le dos on a pris notre temps et notre 3ème journée dans le Parc de la Gaspésie touche à sa fin.

Untitled Untitled

Sur le retour pour le chalet, nous croisons, comme toujours des panneaux d’indications sur les animaux ! Notre séjour dans le Parc National de la Gaspésie se terminera le lendemain, avec un retour sur la côte pour aller jusqu’au Bic pour découvrir un autre parc National. Tout ça se sera pour mon prochain article sur le Canada.

   

Audreycuisine

8 Commentaires

  1. Avatar
    reinebienheureuse mars 06, 2015

    Merci pour le partage. Ca donne vraiment envie d’y aller.

  2. Avatar
    La tendresse en cuisine mars 06, 2015

    Merci pour m’avoir fait connaître ces beaux paysages que je ne verrais jamais. Super 🙂

  3. Avatar
    chouchie mars 06, 2015

    Punaise c’était physique la deuxième partie du voyage mais ça valait le coup !
    Tu racontes très bien et du coup on voyage un peu aussi 😉
    Merci pour ces aventures … et la 1ere photo où vous êtes tous les 3 de dos est très sympa !
    Bisous Audrey

  4. Avatar
    Elise mars 06, 2015

    Suite de récit très sympa ; vous n’avez pas chômé ! Les paysages sont magnifiques et même si le temps semble un peu frais et changeant, ça donne une grande impression de dépaysement. Ça donne envie !

  5. Avatar
    Patricia mars 06, 2015

    Merci pour ce partage!
    ça fait du bien effectivement d’avoir un petit « chez soi » en vacances surtout pour cuisiner 🙂
    Patricia.

  6. Avatar
    Sonia mars 06, 2015

    Eh bien dis donc, quel courage!! Ca valait le détour, c’est sûr, mais…Houuuu, il faut quand même avoir la forme hein!!! 🙂 Par contre quel merveilleux bol d’oxygène!

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs marqués sont obligatoires*